Découvrir le projet

« Un site, One Site, c’est l’unification de l’ensemble des espaces comme une peinture de paysage où les couleurs multiples, les textures diverses se combinent pour ne former qu’une seule image, un seul esprit et une seule composition. » 

Portée par l’agence de paysage Gustafson Porter + Bowman, l’équipe pluridisciplinaire de « OnE » s’appuie sur l’idée d’unification afin de révéler la force et la cohésion de ce site, s’articulant autour du paysage historique, jardins classiques et pittoresques. Des espaces d’agrément et de pause se répartissent sur l’ensemble du site afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de part et d’autre de la Tour.

La proposition s’inscrit dans le calendrier des Jeux Olympiques de 2024, se concentrant sur les zones pouvant être réaménagées avant les Jeux ; ces derniers occupant une grande partie du Champ-de-Mars, du plateau Joffre.

  1. La place du Trocadéro
  2. Les terrasses de Varsovie
  3. Le pont d’Iéna
  4. Le parvis de la Tour Eiffel
  5. La promenade Bir Hakeim
  6. Les jardins du Champ de Mars
Vue aérienne du site depuis la place du Trocadéro – © GP + B

1. La place du Trocadéro – Entrer et découvrir

Le report de la circulation en partie nord permet l’unification de l’actuelle Place du Trocadéro et du Parvis des Droits de l’Homme en un grand espace piéton. L’amphithéâtre de verdure créé est propice à la détente et à la contemplation, offrant un point de vue unique sur l’axe historique du site. Des services et point d’informations stratégiquement placés viennent accueillir et renseigner visiteurs et parisiens.

La place du Trocadéro – © GP + B

2. Les terrasses de Varsovie – S’approcher et contempler

Les pentes qui bordent la Fontaine de Varsovie sont remodelées sous forme de gradins et habillées de pelouses renforcées. Les nouvelles terrasses offrent une grande flexibilité d’usage et s’adaptent à l’événementiel. Les allées qui longent la Fontaine sont rénovées pour renforcer l’unité de l’espace, tout en accordant plus de place au végétal. Dans les jardins, des cheminements sont réhabilités afin d’améliorer l’accessibilité pour tous.

Les terrasses de Varsovie -© GP + B

3. Le pont d’Iéna – Visiter et traverser

Le pont d’Iéna est rendu aux piétons. Par la proposition de végétalisation, il symbolise l’unification du site par la continuité de son axe de verdure. Bus et véhicules de secours circulent sur ce nouvel espace apaisé. De part et d’autre, deux nouvelles places prennent vie : Place de Varsovie, mêlant kiosques et pôle de mobilité ; et Place Branly qui oriente les visiteurs vers les entrées latérales du parvis et la nouvelle promenade vers Bir-Hakeim.

Proposition de végétalisation du Pont d’Iéna – © GP + B

4. Le parvis de la Tour Eiffel – Accueillir le visiteur

Sur le parvis, l’axe vert historique se prolonge. Les locaux d’exploitation et services au public sont repensés, finement intégrés au paysage. Désencombré et redistribué, l’espace central converge en une place carrée minérale, s’ouvrant sur les jardins et située dans l’axe vertical de la Tour, renforçant ainsi l’expérience et le confort du visiteur. L’intérieur des piliers est libéré, permettant ainsi de découvrir la structure existante et de mettre en scène la montée des ascenseurs.

Le parvis de la Tour Eiffel : une place ouverte vers de nouvelles perspectives – © GP + B

5. La promenade Bir Hakeim
– Se promener le long du quai Branly

Le quai Branly est transformé en promenade plantée, les trottoirs sont repris depuis la station Bir-Hakeim afin d’accompagner les Parisiens et visiteurs vers la tour. Haies, arbustes et alignements de fleurs marquent la séparation des piétons avec le trafic routier. Des créations artistiques ponctuent la promenade. De la signalétique adaptée oriente et informe les promeneurs.

Le site Emile Anthoine accueille de nouvelles fonctions : pôle jeunesse, futur projet tourné vers la gastronomie et locaux pour la société d’exploitation de la Tour Eiffel.

La promenade Bir Hakeim – © GP + B

6. Les jardins du Champ de Mars – Jardins passés et futurs

Les espaces verts du Champ-de-Mars sont restructurés et étendus dans leur partie nord-ouest. Les jardins de part et d’autre des pelouses centrales, délimitées par des assises en pierre, constituent des couloirs de biodiversité enrichis d’essences végétales favorables au développement de la faune et de la flore. Deux clairières engazonnées créent des alcôves de détente à l’écart de la foule. Les deux premières pièces engazonnées sont réalisées en pelouses techniques, permettant de résister à des flux importants de visiteurs.

Les jardins du Champ de Mars – © GP + B

DÉCOUVRIR LE PLAN DU PROJET

Plan programmatique du projet vision 2023 – © GP + B