Usages et pratiques

  1. Mobilité et déplacements
  2. Espaces publics, commodités et sécurité
  3. Environnement et paysage
  4. Services et animations

Le motif principal de la venue des personnes sur le site est le tourisme (près de 70%). Une personne sur deux a déjà visité le site auparavant. La majorité d’entre eux (70 %), ne monte pas dans la Tour Eiffel lors de leur visite.

1- Mobilité et déplacements

En période de forte fréquentation, 140 000 personnes traversent le site à pied chaque jour dont 78% pour un motif touristique. Plus d’un tiers d’entre eux (50 000) traversent le pont d’Iéna, soit l’équivalent de la fréquentation journalière de la gare de Strasbourg !

Les visiteurs utilisent essentiellement le métro (45%) pour se rendre sur le site et sortent à la station Trocadéro (35%), où l’on peut l’appréhender dans sa globalité. La station Bir-Hakeim (30%) est également très empruntée, bien que jugée globalement moins satisfaisante que le Trocadéro.

Source : Etude flux piétons et routiers aux abords de la Tour Eiffel Aimsum AREP_2018

Après le métro (45%) et avant la voiture ou le bus (entre 7 et 11%), les visiteurs viennent en grande partie à pieds (20%). On assiste à un déséquilibre au niveau du Trocadéro, avec un flux bien plus important à l’Est.

Source : Enquête usagers – avril 2018

Un parcours piéton contraint et inconfortable

Aujourd’hui, alors que l’espace ouvert est de grande dimension, les piétons sont parfois réfugiés dans des espaces très contraints, créant des congestions et un inconfort de visite.

Les accès paraissent longs par le nombre de rues à traverser et les passages réservés aux piétons ne sont pas sur les lignes de trajet naturelles. La place de Varsovie qui permet l’accès vers la Tour par le pont d’Iéna est un grand carrefour confus qui se traverse difficilement et doit être « contourné » par les piétons. Sur le pont d’Iéna, 20 des 35 mètres de largeur sont réservés à la circulation automobile. Par ailleurs, les trottoirs reliant le métro Bir-Hakeim à la Tour Eiffel sont réduits et encombrés en heure de pointe.

Manque d’accessibilité universelle en certains endroits du site
Source : Rapport Gehl, 2017

Les cars de tourisme

Premier site touristique visité par des autocars de tourisme à Paris, l’organisation de la desserte touristique de groupe constitue un enjeu important. Le grand site accueille une offre de stationnement autocar structurante (20% de l’offre parisienne) et particulièrement sollicitée avec environ 500 autocars par jour en haute saison touristique, ce qui représente environ 10 % des visiteurs journaliers du site. Les déposes/reprises, les stationnements longs et les arrêts « photos » constituent cependant une des principales sources de nuisance et contribuent à la dégradation du paysage.

Le stationnement autocar pris en charge sur le secteur (60 à 70 places) répond ainsi à des enjeux qui dépassent la simple question de l’aménagement du site pour renvoyer à l’organisation plus globale de la mobilité touristique parisienne et métropolitaine. Ainsi, une régulation du stationnement autocar sur ce site, s’il se justifie en termes d’aménagement et d’apaisement de l’espace public doit être mis en relief avec ses impacts, complexes à mesurer, sur l’organisation et l’économie touristique de masse.

EN SAVOIR PLUS
Voir les suggestions des participants de la première phase de concertation à ce sujet

2- Espaces publics, commodités et sécurité 

Avec des milliers de personnes dans le même espace tous les jours de l’année, proposer des solutions adéquates pour s’arrêter, s’asseoir ou se reposer est un véritable défi. Une analyse des usages a révélé que 44% des assises sont informelles, en période de forte fréquentation. Par manque d’assises ou par une implantation de ce mobilier non-conforme à leurs attentes, les visiteurs s’installent dans des lieux qui ne sont pas adaptés et peu confortables (comme des marches d’escaliers, des pelouses ou les rebords du pont d’Iéna). De plus, les bancs existants sont peu adaptés au groupe et certains sont relativement dégradés.

Source : Rapport Gehl, 2017

D’autres commodités de base pourraient être plus adaptées à la fréquentation de masse de ce site, comme le nombre de sanitaires publics qui sont actuellement trop peu nombreux, peu visibles et peu qualitatifs, ce qui entraîne une gêne visuelle et olfactive dans certaines espaces.

Enfin, le manque d’affichage et de signalétique permettant de s’orienter sans difficulté contraint et rend difficile le parcours piéton. Ainsi, 41% des visiteurs interrogés ont eu recours à une application Smartphone pour s’orienter tandis que 29% seulement ont consulté les panneaux d’information.

EN SAVOIR PLUS
Voir les suggestions des participants de la première phase de concertation à ce sujet

3- Environnement et paysage

Le processus perpétuel d’expérimentation-remise en état et les multiples interventions au fil des dernières siècles ont fini par fortement altérer la compréhension, la qualité et la cohérence des différents espaces qui le composent.

Les voies diagonales ont été plantées d’un double alignement d’arbres, la strate des massifs de vivaces a disparu de la composition générale et les allées courbes ne sont plus des terrasses surplombant le jardin d’agrément.

Le patrimoine végétal du site se trouve également en grande souffrance. Outre son manque de cohérence globale, on assiste à une perte de vigueur notable des arbres d’alignement et une faible croissance annuelle de ceux-ci.

Stagnations d’eau et développement des racines en surface

Le revêtement du sol n’est pas adapté au piétinement intensif de 7 millions de visiteurs par an. Les espaces publics de voiries, chemins et allées, subissent une dégradation importante : érosion et tassement du sol par piétinement, bordures détériorées des allées, pelouses fatiguées, notamment à la fin de l’été, etc. 

Le site dispose d’éléments architecturaux à fort intérêt (patrimoine bâti des années 30, kiosques de garde, auvents de style Napoléon III, mobilier urbain), aujourd’hui majoritairement vétuste

EN SAVOIR PLUS
Voir les suggestions des participants de la première phase de concertation à ce sujet

4- Services et animations

Le site souffre d’un manque de services commerciaux comme des restaurants, des boutiques, de vente à emporter, alors que le Champ de Mars, d’une superficie de plus de 35 hectares, est le lieu privilégié par les visiteurs, Parisiens ou non, pour manger ou boire. Le commerce informel (vente illégale de souvenirs ou d’alcool à la tombée de la nuit) se multiplie en conséquence.

Par ailleurs, le Champ de Mars et le Trocadéro sont des lieux emblématiques des grands événements populaires, festifs, sportifs ou culturels d’envergure locale, nationale ou internationale. Site emblématique de rassemblements républicains tels que la fête de la Fédération, il trouve aujourd’hui écho, chaque année, dans les festivités du 14 juillet. Plusieurs événements se dérouleront sur le site à l’occasion des Jeux Olympiques de 2024, et notamment :

  • En bord de Seine se dérouleront les épreuves de natation en eaux-vives et de triathlon
  • Sur le Champ de Mars se dérouleront les épreuves de beach volley
PARIS 2024 – TOUR EIFFEL@PARC OLYMPIQUE
Pour en savoir plus : le site en 2024

EN SAVOIR PLUS
Voir les suggestions des participants de la première phase de concertation à ce sujet